Licenciement pour mésentente ou perte de confiance : dans quels cas faut-il contester ?

licenciement pour mésentente ou perte de confiance

Je suis licencié pour incompatibilité d’humeur avec mon N+1. Est-ce un motif valable ?

La lettre invoquant, comme seul motif de licenciement, une incompatibilité d’humeur, ou encore une mésentente ou une perte de confiance, n’est pas valable. L’employeur devra forcément faire état dans la lettre de licenciement de faits matériellement vérifiables, impliquant la responsabilité du salarié dans l’incompatibilité d’humeur, la mésentente ou la perte de confiance.

Je suis licencié pour perte de confiance parce qu’un proche vient de prendre un emploi dans une société concurrente. Est-ce normal ?

Dès lors qu’aucun fait objectif ne peut être reproché au salarié, il n’y a aucune raison de le licencier de façon préventive.

Je suis membre du Comité de Direction et j’ai émis un avis divergent qui n’a pas été apprécié par le président de l’entreprise. Puis-je être licencié pour cela ?

La richesse d’un Comité de Direction est la liberté d’expression laissée aux membres de ce dernier pour prendre les décisions concernant l’entreprise. On attend d’eux qu’ils s’expriment en conscience et franchise, plutôt que d’être systématiquement de l’avis du Président du Comité de Direction. Ils ne sauraient être sanctionnés pour cela.

La situation est différente si par la suite ils refusent d’exécuter les instructions qui leur sont données par leur hiérarchie ou, si manquant leur devoir de réserve, ils rendent publiques leurs divergences. 

Je me suis plaint de mon entreprise en général, et de mon N+1 en particulier, sur Facebook et Twitter. Puis-je être licencié pour cela ?

Pour Twitter oui, puisque les tweets sont par nature publics. Les propos dénigrants sont susceptibles, par leur divulgation, de causer un préjudice à l’employeur, c’est une cause valable de licenciement.

Sur Facebook, tout dépend des critères de confidentialité choisis par l’utilisateur. S’il s’agit d’un post limité aux amis, on considère que les propos restent dans la sphère privée, et ils ne peuvent servir de base à un licenciement. Si, en revanche, le profil de l’utilisateur ou le post en particulier est public, ou est ouvert aux amis d’amis, il s’agira de propos considérés comme publics, et ainsi susceptibles d’être sanctionnés.


Licenciement pour mésentente ou perte de confiance : Les questions qui peuvent vous intéresser

Licenciement pour mésentente ou perte de confiance : quel régime social et fiscal pour les indemnités ?

À propos de Cadre Averti

Conçu par Françoise de Saint Sernin, avocate spécialisée dans la défense des intérêts des cadres et dirigeants au sein du cabinet saintsernin-avocats.fr, Cadre Averti a pour ambition de répondre aux premières interrogations de salariés confrontés à un aléa de carrière. Ce site propose ainsi un grand nombre de fiches techniques permettant immédiatement de comprendre les enjeux d’un dossier et de se repérer dans le maquis des textes.

L'ACTUALITÉ

Enquête interne et les droits de la défense du manager accusé de harcèlement : c’est le flou le plus total

Selon deux arrêts rendus le même jour le 8 février 2024, les Cours d’appel de Versailles et de Paris se prononcent sur les droits de la défense du salarié licencié pour harcèlement à la suite d’une enquête intervenue à son insu. Et tel que le commente Cadre Averti, la Cour d’appel de Paris semble ne pas être au diapason de la Cour de Cassation concernant les « attestations anonymes ».

Dénonciation du harcèlement et condamnation pour diffamation : l’Europe sanctionne la France

Peut-on, à la fois, faire reconnaître le harcèlement par le Conseil de prud’hommes et se faire condamner en diffamation par le Tribunal correctionnel pour l’avoir dénoncé. 

Nous suivre


LE COMICS À LA UNE

Témoignages
Appel à témoignage

Vous avez vécu une situation professionnelle singulière qui n'est pas traitée par Cadre Averti ?
Vous pouvez nous en faire part de façon anonyme afin d'enrichir le site.

Laissez-nous un message à :
temoignage@cadreaverti-saintsernin.fr
Merci à vous
Françoise de Saint sernin

Avocate en droit du travail, a créé et anime le site Cadre Averti

Françoise de Saint sernin

Coordonnées du cabinet :

SCP Saint Sernin - 156, avenue Victor-Hugo - 75116 Paris
Tél : 01 40 67 95 93
saintsernin-avocats.fr