Comment identifier et caractériser une situation de harcèlement sexuel dans l’entreprise ?

identifier une situation de harcèlement sexuel dans l'entreprise

Je suis victime de procédés inacceptables au travail, dans quel cas puis-je parler de harcèlement sexuel ?

Le harcèlement sexuel est défini à la fois par le code pénal et par le code du travail, dans des termes quasi identiques, la définition du code pénal étant la suivante : « Le harcèlement sexuel est le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante ».

Est assimilé au harcèlement sexuel « Le fait, même non répété, d'user de toute forme de pression grave dans le but réel ou apparent d'obtenir un acte de nature sexuelle, que celui-ci soit recherché au profit de l'auteur des faits ou au profit d'un tiers ».

J’ai fait l’objet d’un comportement très déplacé de mon supérieur hiérarchique, mais en une seule occasion. Puis-je me plaindre de harcèlement sexuel ?

Bien entendu, si le ou la salarié(e) a fait l’objet d’une agression sexuelle, il s’agit alors d’un crime ou d’un délit sans qu’il soit besoin de recourir à la notion de harcèlement sexuel. Selon le code pénal, « constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise. Les agressions sexuelles autres que le viol sont punies de 5 ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende ».

Concernant le harcèlement sexuel, alors qu’autrefois il n’était caractérisé que si les agissements intervenaient de façon répétée, désormais, depuis le 6 août 2012, il peut découler d’un acte unique autre qu’une agression sexuelle. Il s’agit alors du « chantage sexuel », selon la nouvelle définition du harcèlement sexuel, figurant à la fois dans le code pénal et le code du travail.

Une personne qui exerce une pression grave, telle qu’un refus d’embauche ou une menace de licenciement pour obtenir un acte de nature sexuelle, se rend coupable de harcèlement sexuel. L’acte isolé suffit.


À propos de Cadre Averti

Conçu par Françoise de Saint Sernin, avocate spécialisée dans la défense des intérêts des cadres et dirigeants au sein du cabinet saintsernin-avocats.fr, Cadre Averti a pour ambition de répondre aux premières interrogations de salariés confrontés à un aléa de carrière. Ce site propose ainsi un grand nombre de fiches techniques permettant immédiatement de comprendre les enjeux d’un dossier et de se repérer dans le maquis des textes.

L'ACTUALITÉ

Enquête interne et les droits de la défense du manager accusé de harcèlement : c’est le flou le plus total

Selon deux arrêts rendus le même jour le 8 février 2024, les Cours d’appel de Versailles et de Paris se prononcent sur les droits de la défense du salarié licencié pour harcèlement à la suite d’une enquête intervenue à son insu. Et tel que le commente Cadre Averti, la Cour d’appel de Paris semble ne pas être au diapason de la Cour de Cassation concernant les « attestations anonymes ».

Dénonciation du harcèlement et condamnation pour diffamation : l’Europe sanctionne la France

Peut-on, à la fois, faire reconnaître le harcèlement par le Conseil de prud’hommes et se faire condamner en diffamation par le Tribunal correctionnel pour l’avoir dénoncé. 

Nous suivre


LE COMICS À LA UNE

Témoignages
Appel à témoignage

Vous avez vécu une situation professionnelle singulière qui n'est pas traitée par Cadre Averti ?
Vous pouvez nous en faire part de façon anonyme afin d'enrichir le site.

Laissez-nous un message à :
temoignage@cadreaverti-saintsernin.fr
Merci à vous
Françoise de Saint sernin

Avocate en droit du travail, a créé et anime le site Cadre Averti

Françoise de Saint sernin

Coordonnées du cabinet :

SCP Saint Sernin - 156, avenue Victor-Hugo - 75116 Paris
Tél : 01 40 67 95 93
saintsernin-avocats.fr