Indemnité contractuelle ou transaction : est-ce la même chose ?

Est-ce que mon contrat de travail peut définir à l’avance les indemnités que je toucherai lors de mon licenciement ? 

Oui, s’il s’agit d’une indemnité contractuelle (parachute doré), que le salarié peut négocier lors de son embauche. Cette indemnité sera spécifiée dans le contrat de travail et l’employeur sera tenu (en principe) de la verser lors du licenciement.

Non, s’il s’agit d’une indemnité transactionnelle. En effet, cette dernière ne peut être prévue à l’avance, car elle a pour but de clore un litige qui n’existe pas au moment de la signature du contrat de travail. Le litige en question étant le désaccord entre le salarié et son employeur sur le bien-fondé du licenciement, ne peut survenir qu’une fois le licenciement formellement annoncé. L’indemnité transactionnelle ne peut donc être déterminée qu’après la notification du licenciement et de ses motifs.

Mon contrat de travail prévoit pour moi une indemnité d’un an de salaire en cas de licenciement. Cette clause est-elle valable ? 

Oui,il faut distinguer l’indemnité contractuelle, soit le « golden parachute » que l’employeur s’engage à payer lors de la signature ou au cours de l’exécution du contrat de travail, et l’indemnité transactionnelle. Alors que l’indemnité transactionnelle a pour but de mettre fin à un litige, l’indemnité contractuelle est due en l’absence de litige du seul fait de la rupture du contrat. Il est généralement spécifié dans le contrat, ou dans un avenant consécutif à ce dernier, que l’indemnité contractuelle ne sera pas versée en cas de faute grave, ou de faute lourde.

Alors qu’il m’a licencié, mon employeur refuse de me payer l’indemnité contractuelle prévue dans mon contrat de travail. En a-t-il le droit ?

Malheureusement oui et ce même si le salarié n’est pas licencié pour faute grave ou pour faute lourde. L’indemnité contractuelle est fragile sur le plan juridique puisque l’employeur peut, au moment du licenciement, faire valoir que l’indemnité est excessive pour éviter de la payer (requalification en clause pénale). C’est la juridiction prud’homale qui tranchera.

L’indemnité contractuelle et l’indemnité transactionnelle sont donc deux indemnités distinctes qui ne se confondent pas. En cas de transaction, le salarié percevra une indemnité transactionnelle distincte de l’indemnité contractuelle.


À propos de Cadre Averti

Conçu par Françoise de Saint Sernin, avocate spécialisée dans la défense des intérêts des cadres et dirigeants au sein du cabinet saintsernin-avocats.fr, Cadre Averti a pour ambition de répondre aux premières interrogations de salariés confrontés à un aléa de carrière. Ce site propose ainsi un grand nombre de fiches techniques permettant immédiatement de comprendre les enjeux d’un dossier et de se repérer dans le maquis des textes.

L'ACTUALITÉ

Glassdoor : pourquoi les entreprises ont peur des avis de leurs salariés ? 

Faire une recherche sur Google avec « avis glassdoor harcèlement » fait ressortir des avis de salariés particulièrement éloquents sur les pratiques de certaines entreprises. Cette semaine Cadre Averti s’intéresse à GlassDoor dont les entreprises peuvent avoir peur des avis quand ces derniers révèlent des problèmes internes tels que des discriminations, des environnements de travail anxiogènes ou des niveaux de stress élevés. 

Prise d’acte de rupture en l’absence de paiement du salaire

Les salariés peuvent prendre acte de la rupture de leur contrat de travail aux torts de leur employeur notamment en l’absence de paiement du salaire comme le rappelle une décision du 6 juillet 2022, n° 20-21.690.

Nous suivre


LE COMICS À LA UNE

Témoignages
Appel à témoignage

Vous avez vécu une situation professionnelle singulière qui n'est pas traitée par Cadre Averti ?
Vous pouvez nous en faire part de façon anonyme afin d'enrichir le site.

Laissez-nous un message à :
temoignage@cadreaverti-saintsernin.fr
Merci à vous
Françoise de Saint sernin

Avocate en droit du travail, a créé et anime le site Cadre Averti

Françoise de Saint sernin

Coordonnées du cabinet :

SCP Saint Sernin - 156, avenue Victor-Hugo - 75116 Paris
Tél : 01 40 67 95 93
saintsernin-avocats.fr