Télétravail : une étude relève les mauvaises habitudes des français 

Publié le
Télétravail : une étude relève les mauvaises habitudes des français 
La COVID a poussé les entreprises et les salariés, en particulier les cadres, à une utilisation plus intensive du télétravail pour continuer à fonctionner. Obligés de s'adapter à de nouvelles conditions de travail, les salariés ont fait l'objet d'une étude sur leurs comportements.

Plus de flexibilité = plus de responsabilités

Des modalités de travail flexibles qui donnent aux travailleurs plus de choix et de contrôle sur leur lieu de travail sont susceptibles d'avoir un impact positif sur le bien-être et la santé mentale des personnes et augmenter les performances au niveau organisationnel. Cependant, le travail flexible n'est pas sans défis et peut présenter des inconvénients lorsque les frontières entre le travail et la vie personnelle deviennent floues. Une étude européenne menée pour Poly, spécialiste du matériel audio et vidéo, tendrait à prouver que "les employés subiraient le syndrome du confort à la maison".

Plus de distance = moins de déodorant

Selon l’étude réalisée par Censuswide réalisée en août 2021 auprès de 4006 employés hybrides (2003 au Royaume-Uni, 1001 en France et 1002 en Allemagne), l’hygiène ne se serait pas la priorité des télétravailleurs. On y apprend en effet que "comme leurs collègues ne les voient qu'à travers une webcam, le syndrome du confort à la maison a aussi amené certains employés à délaisser leur hygiène corporelle". Ainsi, 53% des employés français seraient moins préoccupés par leur apparence. L'apparence n'étant plus une priorité, 74% des personnes interrogées ont moins utilisé de produits de beauté, tels que du gel capillaire ou du maquillage. On peut aussi relever que 49% d'entre eux confessent également moins utiliser de déodorant et 34% se brosseraient les dents moins souvent. 

Plus de solitude = plus de comportements à risque

Ce n’est pas parce que le télétravail devient la norme qu’il faut sous estimer l’importance des échanges informels. La distance peut ainsi générer une perte de repères et des situations dangereuses. Le plus problématique pour la santé est la hausse de la consommation d'alcool liée à la solitude de certains salariés, notamment lors des précédents confinements. Toujours selon l’étude Censuswide de cet été, 41% des salariés interrogés voient moins de problèmes à travailler avec la gueule de bois. Il convient pourtant de rappeler que la responsabilité de l'employeur peut être engagée en cas d'accident causé par un salarié ivre à son bureau comme à son domicile. En matière de santé et sécurité au travail, l’employeur n’est pas le seul à avoir des obligations : les salariés ont eux aussi un rôle à jouer, notamment pour donner l’alerte lorsqu’ils observent que l’un de leurs collègues ne va pas bien. Les managers doivent trouver des moyens pour entretenir à distance des échanges informels comme ceux que l'on pouvait avoir avec ses collègues à la machine à café par exemple… 

Moins de déplacements = plus de calories 

En télétravail, on se retrouve dans un rythme différent de nos habitudes et on a vite tendance à être sédentaire. 46% des salariés français admettent ainsi travailler depuis leur canapé, et 27% se sentent moins gênés de regarder des services de streaming vidéo, comme Netflix, lorsqu’ils sont censés travailler. A la maison, la tentation est également grande d’aller ouvrir le frigo. Et puisqu’on se déplace moins, on est aussi aussi plus susceptible de se dépenser moins. Toutefois, et c’est la surprise de cette étude, 23% des télétravailleurs interrogés font de l'exercice physique lors de leurs conférences et réunions téléphoniques. Pas certain que cette initiative soit promue par les chartes qui encadrent le télétravail mais elle devrait faire plaisir à l'Assurance maladie.
Sport et télétravail

« Nous sommes tous des humains »

Selon l’auteur de l’étude, Paul Clark, vice-président senior des ventes chez Poly : « le travail hybride a changé à jamais la culture d'entreprise et les habitudes de travail ». Désormais, « les employés choisissent de travailler de n'importe où – que ce soit au bureau ou sur le canapé – et à tout moment. Pour s'adapter à cette évolution, les organisations doivent comprendre les différentes personnalités et styles de travail des employés. Les identifier aidera les entreprises à investir dans la bonne technologie pour s'assurer que tout le monde dispose des meilleurs outils et appareils, permettant à chacun de se sentir connecté et impliqué, quand et où il choisit de travailler. En fin de compte, il incombe aux employeurs, d'aborder toutes les questions avec empathie, en fournissant des conseils sur le travail agile et en réalisant que nous sommes tous des humains ».

 

À propos de Cadre Averti

Conçu par Françoise de Saint Sernin, avocate spécialisée dans la défense des intérêts des cadres et dirigeants au sein du cabinet saintsernin-avocats.fr, Cadre Averti a pour ambition de répondre aux premières interrogations de salariés confrontés à un aléa de carrière. Ce site propose ainsi un grand nombre de fiches techniques permettant immédiatement de comprendre les enjeux d’un dossier et de se repérer dans le maquis des textes.
Télétravail : une étude relève les mauvaises habitudes des français 

NOUS SUIVRE


LE COMICS À LA UNE

Témoignages
Appel à témoignage

Vous avez vécu une situation professionnelle singulière qui n'est pas traitée par Cadre Averti ?
Vous pouvez nous en faire part de façon anonyme afin d'enrichir le site.

Laissez-nous un message à :
temoignage@cadreaverti-saintsernin.fr
Merci à vous

LES THEMES LES PLUS CONSULTÉS

Indemnités au prorata : 13ème mois, primes d’objectifs, participation

13ème mois, primes d’objectifs, participation… le contentieux judiciaire des primes et autres émoluments est à la mesure de l’importance de ce mode de rémunération. Un salarié qui quitte l’entreprise

La rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle est un cas de rupture du contrat de travail français à durée indéterminée introduit par la loi portant modernisation du marché du travail du 25 juin 2008. Cette rupture

Contrat de sécurisation professionnelle

Le Contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné aux salariés licenciés pour motif économique par une entreprise dont l’effectif est inférieur à 1000 personnes. Ce dispositif a comme

Licenciement économique

Le licenciement pour motif économique, à la différence du motif personnel, ne résulte pas du comportement du salarié mais de la situation de l’entreprise. Le licenciement pour motif économique résulte

Testez vos connaissances en droit du travail

Quiz sur le télétravail
Françoise de Saint sernin

Avocate en droit du travail, a crée et anime le site Cadre Averti

Coordonnées du cabinet :

SCP Saint Sernin - 156, avenue Victor-Hugo - 75116 Paris
Tél : 01 40 67 95 93
www.saintsernin-avocats.com