Glassdoor : pourquoi les entreprises ont peur des avis de leurs salariés ? 

Publié le
Glassdoor : pourquoi les entreprises ont peur des avis de leurs salariés ? 

Faire une recherche sur Google avec « avis glassdoor harcèlement » fait ressortir des avis de salariés particulièrement éloquents sur les pratiques de certaines entreprises. Cette semaine Cadre Averti s’intéresse à GlassDoor dont les entreprises peuvent avoir peur des avis quand ces derniers révèlent des problèmes internes tels que des discriminations, des environnements de travail anxiogènes ou des niveaux de stress élevés. Ces informations ont un impact négatif sur la réputation des entreprises et sur leurs capacités à fidéliser leurs collaborateurs ou à en recruter de nouveaux. Les entreprises peuvent également craindre que les avis ne révèlent des informations sensibles en matière de finance ou de stratégie.

Comment fonctionne Glassdoor ? 

Glassdoor est un site web qui permet aux anciens salariés de moins de 5 ans, aux salariés en poste, ainsi qu'aux candidats potentiels, de partager des informations sur les entreprises, notamment les salaires, les avantages sociaux, les avantages et les inconvénients de travailler pour ces entreprises, ainsi que des avis sur les entretiens d'embauche. Les utilisateurs peuvent également consulter les offres d'emploi et les évaluations des employeurs.

Comme sur TripAdvisor en matière de tourisme, les employeurs peuvent également utiliser Glassdoor pour gérer leur image de marque, répondre aux commentaires des salariés et publier des offres d'emploi. Les entreprises peuvent également souscrire à un abonnement pour obtenir des informations sur les candidats et les tendances du marché de l'emploi.

Les utilisateurs de Glassdoor peuvent consulter les informations sur les entreprises et les offres d'emploi gratuitement, mais certaines fonctionnalités avancées, telles que l'accès à des informations sur les salaires et les avis des employeurs, nécessitent un abonnement.

Comment savoir si l'on est bien payé grâce à Glassdoor ?

Glassdoor permet aux salariés de partager des informations sur leur salaire et leur expérience de travail. Pour savoir si un salarié est bien payé, il peut utiliser Glassdoor pour rechercher des informations sur les salaires à des postes similaires dans des entreprises de sa région. Les informations sur les salaires peuvent varier en fonction des facteurs tels que l'expérience, les compétences et la taille de l'entreprise. Il convient donc de les utiliser comme une référence générale plutôt que comme un barème précis.

Pourquoi les avis sont globalement fiables sur Glassdoor ? 

Les avis sur Glassdoor sont généralement considérés comme fiables car ils sont encadrés de façon précise. Ainsi un salarié ou ancien salarié ne peut émettre un avis qu’une fois l’an. S’il en change au cours de l’année, le précédent avis disparaîtra. Il ne peut y avoir ainsi de multiplication d’avis émanant du même salarié, favorable ou défavorable pour l’employeur. Le salarié qui s’inscrit sur Glassdoor est à la recherche de renseignements précis et fiables concernant les entreprises qu’il est susceptible de rejoindre. De ce fait, il sera incité à fournir ce type de renseignements concernant sa propre situation, soit son environnement de travail, les avantages et inconvénients de travailler pour son entreprise, les opportunités de développement professionnel et les salaires.

Glassdoor a également mis en place des mesures pour s'assurer que les avis soumis sont authentiques et véridiques. Les avis sont vérifiés pour s'assurer qu'ils proviennent réellement d'employés actuels ou anciens de l'entreprise concernée.

A quoi ressemblent des avis sur Glassdoor ? 

Les avis sur Glassdoor prennent la forme de commentaires sur l’entreprise ou sur l’expérience de travail du salarié. Ils sont accompagnés d'une note globale sur une échelle de 1 à 5 étoiles, qui reflète l'opinion du salarié sur l'entreprise. Les avis peuvent inclure des photos ou des vidéos pour donner une meilleure idée de l'environnement de travail. Ils peuvent également inclure des évaluations sur divers aspects de l'entreprise, tels que la qualité de la formation, la transparence de la communication, la qualité de la gestion et les perspectives d'avenir de l'entreprise. 

Voici un exemple d’avis négatif qu’on peut retrouver sur Glassdoor 

Avis négatif sur Glassdoor

 

Voici un exemple d’avis globalement positif sur la même entreprise qu’on peut retrouver sur Glassdoor.

Avis positif sur Glassdoor 

Pourquoi les entreprises sont pointées du doigt ? Comment Glassdoor contribue à lutter contre le « social-washing » des entreprises ? 

Très en vogue dans les pays anglo-saxons, et notamment en Grande-Bretagne, le « Name & Shame » consiste à épingler publiquement une entreprise, comme nous l’évoquions dans un article sur le harcèlement dans la publicité

Quant à la pratique du « social-washing » elle désigne le décalage entre les pratiques internes d’une entreprise et sa communication externe. 

En somme, Glassdoor permet de favoriser la transparence et la prise de conscience des entreprises en matière de responsabilité sociale, ce qui contribue à lutter contre le « social-washing ».

Quelle que soit la présentation flatteuse faite par la société avec un grand nombre d’avis positifs, certains avis négatifs, surtout s’ils dénoncent les mêmes mauvaises pratiques, peuvent ruiner la bonne imagine affichée, et faire fuir les candidats.

Des entreprises qui peinent à recruter ! 

Les avis sur GlassDoor constituent une mine d’informations pour les entreprises qui souhaitent améliorer leur image alors qu’elles sont nombreuses, notamment en France, à rencontrer des difficultés de recrutement. Ainsi selon le dernier baromètre APEC de fin août 2022 [lien], 84% des entreprises auraient des difficultés à parvenir à recruter des cadres. Les avis négatifs sur les sites d'emploi, les réseaux sociaux ou les sites de notation de l'entreprise, comme Glassdoor, peuvent contribuer à la réputation négative d’une entreprise. Si les salaires ou les conditions de travail proposés par une entreprise sont inférieurs à ceux proposés par ses concurrents, cela peut être un facteur dissuasif pour les candidats. 

 

84% des entreprises peinent à les recruter selon l’APEC.

 

A l’heure actuelle les cadres sont extrêmement frileux et ressentent, selon Giles GATEAU le Directeur de l’APEC, le fait de changer d’entreprise, non plus comme une opportunité de carrière, mais comme un risque. En effet, avant la mise en place du barème Macron en 2017, ils n’hésitaient pas à démissionner pour prendre un autre emploi à l’extérieur, en partant du principe que si le nouvel emploi s’avérait être un échec, ils auraient la possibilité d’obtenir du Conseil de Prud’hommes des dommages et intérêts pour licenciement abusif. 

A présent, les indemnités du licenciement abusif sont tellement réduites pour les salariés qui n’ont pas d’ancienneté qu’ils n’ont plus d’enjeu à saisir le Conseil de Prud’hommes. Ils savent donc qu’en cas de problèmes dans leur nouvelle entreprise ils devront sortir sans rien !

Le salarié, devenu méfiant, consultera tous les avis sur Glassdoor et autres réseaux sur une société qui lui fait une proposition d’embauche, et si certains avis suscitent son inquiétude il ne donnera pas suite. En quelques sorte c’est Glassdoor qui par les avis fournis sur son site, a repris le rôle de « gendarme » du Conseil de Prud’hommes, qui prononçait des sanctions dissuasives à l’encontre des entreprises qui se comportaient mal vis-à-vis de leurs salariés. Rappelons que le barème Macron a été sanctionné par l’Europe en mars 2022 au motif qu’il ne permettait pas l’indemnisation du préjudice résultant du licenciement abusif, et que de ce fait il supprimait l’effet dissuasif des condamnations judiciaires. Pour l’instant la France ne s’est pas mise en conformité en supprimant le barème Macron !

Avis sur Glassdoor : quelles recommandations pour les salariés? 

Si Glassdoor défend l'anonymat et refuse aux employeurs de leur communiquer le nom des salariés qui publient sur le site, ces derniers doivent toutefois êtes vigilants et éviter de laisser un avis depuis un ordinateur ou une connexion wifi qui appartiendrait à l’entreprise. En pratique l’employeur peut vérifier les salariés qui se sont connectés à Glassdoor depuis les postes informatiques de l’entreprise. 

Certains salariés peuvent également penser que les pseudonymes derrières lesquels ils se réfugient parfois les protègent. Il convient d'être très prudent, il n'existe pas de droit à l'anonymat sur Internet même si des plateformes comme Glassdoor défendent farouchement l’anonymat y compris devant les tribunaux au nom de la liberté d’expression.

Ainsi le licenciement pour faute grave d’un salarié qui avait dénigré son entreprise dans des termes « déloyaux et malveillants » sur un site de notation publique a été confirmé par la Cour de Cassation (Cass. Soc. 11 avril 2018 n°16-18-590). Le site baptisé « notetonentreprise » a disparu depuis en raison des condamnations judiciaires dont il a fait l’objet à la demande des entreprises.

De la même façon, même si Glassdoor comme elle l’affirme, fait tous ses efforts pour protéger l’anonymat des salariés, elle exécute les décisions de justice qui lui font obligation de transmettre les données concernant les salariés (adresse IP) à l’employeur qui se plaint du caractère diffamatoire des avis émis (notamment une condamnation de la Cour d’Appel de Paris du 6 juin 2019).

Toutefois il semble qu’il y ait peu de condamnations de ce type à l’encontre de Glassdoor, qui poursuit son implantation en France.

Avis sur Glassdoor : peuvent-ils servir de preuves aux prud’hommes ? 

Est-ce que des avis sur Glassdoor peuvent être produits à l’appui d’un dossier de harcèlement devant les prud’hommes ? On peut penser que oui. Une décision du bâtonnier de l'Ordre des avocats Paris, 25 mai 2022, n° 722/344538, fait notamment référence à « des attestations d’anciens avocats collaborateurs ainsi que des attestations anonymes d’avocats en poste dont l’authenticité et la sincérité ont été certifiées par un Huissier de Justice et cite par ailleurs des commentaires publiés sur le site Glassdoor, tous autant unanimes sur le management par la terreur, le contrôle exercé dans le cabinet et la surexploitation des jeunes collaborateurs salariés au sein du cabinet ». En matière prud'homale la preuve est libre à condition de respecter la loyauté dans l'administration de la preuve (voir notre article Quelles sont les preuves admises en droit du travail ?). 

 

En définitive, les anciens salariés ou salariés, qui émettent des avis sur Glassdoor doivent rester prudents et éviter tous commentaires à caractère diffamatoire sauf à risquer d’être poursuivis et mis en difficulté dans leur emploi. En pratique les salariés doivent être honnêtes et factuels dans leurs avis ou commentaires, en évitant de divulguer des informations confidentielles ou de nommer des collègues (sauf les membres de la direction) en évitant tous propos injurieux, diffamatoires ou excessifs. De cette façon les avis des salariés profitent à tous. 

À propos de Cadre Averti

Conçu par Françoise de Saint Sernin, avocate spécialisée dans la défense des intérêts des cadres et dirigeants au sein du cabinet saintsernin-avocats.fr, Cadre Averti a pour ambition de répondre aux premières interrogations de salariés confrontés à un aléa de carrière. Ce site propose ainsi un grand nombre de fiches techniques permettant immédiatement de comprendre les enjeux d’un dossier et de se repérer dans le maquis des textes.

Nous suivre


LE COMICS À LA UNE

Témoignages
Appel à témoignage

Vous avez vécu une situation professionnelle singulière qui n'est pas traitée par Cadre Averti ?
Vous pouvez nous en faire part de façon anonyme afin d'enrichir le site.

Laissez-nous un message à :
temoignage@cadreaverti-saintsernin.fr
Merci à vous

LES THEMES LES PLUS CONSULTÉS

Préavis et congés payés

Mon contrat de travail prévoit que je dois effectuer un préavis. Qu’est-ce que c’est ? Le préavis est la période de travail postérieure à la remise de la lettre de démission ou de licenciement.

Indemnités au prorata : 13ème mois, primes d’objectifs, participation

13ème mois, primes d’objectifs, participation… le contentieux judiciaire des primes et autres émoluments est à la mesure de l’importance de ce mode de rémunération. Un salarié qui quitte l’entreprise

La rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle est un cas de rupture du contrat de travail français à durée indéterminée introduit par la loi portant modernisation du marché du travail du 25 juin 2008. Cette rupture

Contrat de sécurisation professionnelle

Le Contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné aux salariés licenciés pour motif économique par une entreprise dont l’effectif est inférieur à 1000 personnes. Ce dispositif a comme

Testez vos connaissances en droit du travail

Quiz - Discrimination ou non : saurez-vous faire la différence ?
Françoise de Saint sernin

Avocate en droit du travail, a créé et anime le site Cadre Averti

Françoise de Saint sernin

Coordonnées du cabinet :

SCP Saint Sernin - 156, avenue Victor-Hugo - 75116 Paris
Tél : 01 40 67 95 93
saintsernin-avocats.fr